Créé le 1 mars 2012 à 07h00 par La rédaction numérique de RTL GM et PSA annoncent une "alliance stratégique mondiale" Les logos de PSA et de GM

Comme sur des roulettes. Attendue depuis quelques jours déjà, l'alliance entre le constructeur automobile américain General Motors et le français PSA a été annoncée ce mercredi soir juste après la clôture des bourses européennes, dans un communiqué commun. Ce rapprochement est historique. Selon des sources proches du dossier, les deux groupes viseraient des économies de l'ordre d'un milliard de dollars sur plusieurs années et General Motors prévoierait des suppressions d'emplois et des fermetures potentielles d'usines en Europe, où le groupe est présent par sa filiale allemande à problèmes Opel.

Ce que prévoit l'accord

Les constructeurs automobiles américain General Motors et français PSA Peugeot Citroën ont annoncé mercredi une "alliance stratégique mondiale" visant à mutualiser leurs achats et à développer des plateformes de véhicules communes.

L'accord prévoit que General Motors entre à hauteur de 7% dans le capital de PSA, devenant son deuxième actionnaire, à l'occasion d'une augmentation de capital d'un milliard d'euros, selon un communiqué commun.

Les deux constructeurs espèrent dégager des synergies d'environ 2 milliards de dollars par an d'ici cinq ans, précise le communiqué, qui ne donne aucun élément sur l'impact social de cette alliance.

Premiers véhicules d'ici 2016

Les premiers véhicules élaborés sur ces plateformes communes seront commercialisés à partir de 2016, selon le communiqué. Une plateforme est la partie de la voiture "non visible" par le consommateur, notamment le chassis et le train roulant. Les deux groupes vont commencer à travailler sur les véhicules petits et moyens, avant de développer ensemble une nouvelle plateforme spécialement conçue pour les véhicules "à faibles émisssions de CO2".

"Selon les termes de l'accord, PSA Peugeot Citroën et General Motors partageront certaines plates-formes, modules et composants sur une base mondiale, de sorte à faire jouer un effet volume, à réduire les coûts liés au développement de nouvelles technologies et aux émissions de CO2, ainsi qu'à gagner en efficacité", précisent les groupes.

Deux entreprises distinctes

L'autre volet opérationnel de l'accord prévoit la création d'une coentreprise afin de mutualiser les achats de produits et de services des deux constructeurs, pour un montant de 125 milliards de dollars.

"Chacune des deux entreprises continuera à commercialiser ses voitures de façon indépendante et concurrentielle", précisent les groupes. L'accord ne "prévoit aucune disposition spécifique à la gouvernance" de PSA, contrôlé par la famille Peugeot, à travers sa holding FFP. 

Alliance PSA-GM

Une alliance historique pour le Français


Depuis la création du groupe en 1976 via le rachat de Citroën par Peugeot, PSA n'a jamais scellé d'opération structurante hormis la prise de contrôle deux ans plus tard de Chrysler Europe, rebaptisé ensuite Simca-Talbot avant de se fondre dans la gamme au lion.
   
Contrairement à Renault, qui a élargi à Daimler  son alliance avec Nissan et compte renforcer ses liens avec le russe AvtoVAZ, contrairement à la galaxie Volkswagen ou à la fusion entre Fiat et Chrysler, PSA a souvent noué des coopérations techniques ponctuelles, mais sans jamais franchir le pas vers une alliance.
   
Le groupe a fixé trois conditions à une telle opération: qu'elle consolide la stratégie d'internationalisation des ventes et de montée en gamme du groupe, qu'elle offre de vraies synergies et qu'elle préserve l'indépendance du constructeur, jalousement défendue par son actionnaire de contrôle, la famille Peugeot.
   
Avant les discussions avec GM, dont le contenu exact n'est pas encore connu, PSA a été à deux doigts de conclure un partenariat stratégique avec échange de participations avec le japonais Mitsubishi, mais les discussions avaient échoué, notamment sur des questions financières.
   
Depuis, PSA travaille toujours étroitement avec Mitsubishi dans les voitures électriques et les 4x4. Il coopère également avec BMW dans les moteurs essence et hybrides, avec Ford dans les moteurs diesel, avec Toyota dans les petites voitures et avec Fiat dans les utilitaires. Mais jamais encore avec General Motors.

Ajouter un commentaire

Pour participer et commenter vous devez être connecté.

2 commentaires
sukuk 29/02/12 - 18h35 Signaler un abus

GMC aidee indûment par la planche à billets us en 2008- 2009 ...des dizaines de milliards de $ injectés et puis les revoilou 1er

...enfin ...et malheureusement , à moyen terme , meme si le K est detenu par la famille Peugeot, ca finira aux USA à moins que leur dollar,monnaie d'atele, ne s'ecroule...............

roertanmieux 29/02/12 - 18h22 Signaler un abus

comme ça PSA partira aux USA